L'histoire de l'ordinnateur

Les tous premiers calculateurs, ancêtres de l'ordinateur numérique, sont imaginés et réalisés au XVIIe siècle, en particulier par Wilhelm Schickard, Blaise Pascal et Leibniz
Les premiers ordinateurs analogiques sont fabriqués au début du XXe siècle. Ils effectuent leurs calculs grâce à un système d'axes et d'engrenages. Ce type de machine permet de fournir des approximations numériques d'équations difficiles à résoudre autrement. Pendant les deux guerres mondiales, des systèmes analogiques mécaniques, puis électriques, sont notamment utilisés comme pointeurs de torpille dans les sous-marins et comme contrôleurs de visée dans les bombardiers.
Dès 1939, un prototype de machine électronique est fabriqué aux États-Unis par John Atanasoff et Clifford Berry à l'Iowa State College. Ce prototype, discrètement développé, est éclipsé par la présentation en 1945 de l'ENIAC (Electronic Numerical Integrator And Computer), machine programmable, numérique, basée sur le système décimal, et entièrement électronique, conçu par Eckert et Mauchly. L'ENIAC contient 18 000 tubes à vide, pèse environ 30 t, et peut effectuer plusieurs centaines de calculs par minute.
Parallèlement, à Londres, pendant la Seconde Guerre mondiale, est mis au point Colossus, un ordinateur numérique entièrement électronique, basé sur le concept de la machine « intelligente » proposée en 1936 par le logicien visionnaire Alan Turing. Élaboré par une équipe de physiciens et de  mathématiciens dirigée par Turing, Colossus est opérationnel en décembre 1943. Comportant 1 500 tubes à vide, il est utilisé pour déchiffrer les messages radio codés des Allemands.
Vers la fin de l’année quarante-cinq, le mathématicien américain John von Neumann, qui avait été consultant sur le projet ENIAC, propose la construction de l’EDVAC, machine qui préfigure les caractéristiques de l’ordinateur moderne. En effet, la machine de von Neumann est la première à utiliser un programme mémorisé. Les instructions sont stockées dans une mémoire, évitant à l'ordinateur d'être soumis à la vitesse limitée du lecteur de bande-papier pendant l'exécution du programme. Ce dispositif de stockage supprime également la réinstallation contraignante de l'ordinateur à chaque nouveau programme.

À la fin des années cinquante sont conçus des ordinateurs dits de deuxième génération, dans lesquels les tubes à vide sont remplacés par des transistors. Ces derniers, plus durables et plus économiques, permettent de développer des éléments logiques plus petits, plus rapides, plus souples et dont le coût de fabrication est moins élevé.

14 votes. Moyenne 3.79 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

nous-avons-besoin-d-aide-1.png